Le Compte à Rebours des Élections est lancé !

Notre

liste

est officiellement déposée et validée

Comité d'Éthique - avis 2020/R/24 - Résumé

Le Comité d’éthique de la FFT a été saisi par M. Doumayrou, président d’Ensemble pour un autre tennis, d’une réclamation dirigée contre M. Jean-Jacques Zaragosi, président sortant du Comité départemental des Alpes-Maritimes (CD06), au sujet d’un message adressé aux présidents de club du département deux jours avant les élections du comité directeur.

Dans son avis du 7 janvier 2021, le Comité d’éthique parvient à la conclusion que le message de M. Zaragosi, comporte de substantielles omissions (avis du Comité au sujet de M. Maltese), des propos insultants (« affairisme »), ainsi que de graves accusations de nature à porter sérieusement préjudice à la réputation d’Ensemble pour un autre tennis et de ses candidats (documents dérobés dans les bureaux de la FFT ; menaces de procès contre M. Maltese et des membres de sa famille ; appel anonyme menaçant contre la fille de M. Maltese).

Le Comité en déduit que le message de M. Zaragosi avait en partie pour objectif de dénigrer Ensemble pour un autre tennis afin que les suffrages des présidents de club des Alpes-Maritimes se portent sur la liste qu’il conduisait. De tels procédés sont manifestement contraires au Principe 6.1 de la Charte d’éthique, qui appelle les candidats à adopter un « comportement digne et mesuré » et au Principe 6.2 qui leur enjoint de faire campagne « dans le respect des autres candidatures » et prohibe les propos « mensongers ou manifestement excessifs ». Ils heurtent également certaines valeurs du tennis exprimées au Principe 1.1 de la Charte, telles que le respect des autres, le fair-play, la maîtrise de soi ou même la cohésion et le lien entre tous les acteurs du tennis. La proximité d’une élection et même le risque de la perdre ne doivent pas conduire les candidats à adopter des comportements incompatibles avec ces valeurs.

Considération prise de la « sanction » qui s’attache au caractère public des avis du Comité, et eu égard au fait que M. Zaragosi, battu lors des élections du comité directeur du CD 06, dit mettre un terme à 36 ans de « bénévolat » au service du tennis français et demeurer un simple licencié, le Comité ne juge pas opportun de saisir la commission disciplinaire compétente de ses manquements à l’éthique. Il invite néanmoins avec insistance M. Zaragosi à présenter ses excuses à ses adversaires de la liste Ensemble pour un autre tennis pour les propos qu’il a tenus dans son message du 22 octobre 2020

Comité d'Éthique - avis 2020/R/22 - Résumé

Le Comité d'éthique de la FFT a été saisi par M. Jacky Terreau (Ensemble pour un autre tennis) d'une réclamation dirigée contre M. Bernard Giudicelli (Agir & Gagner 2024), actuel président de la FFT et candidat à sa réélection. La réclamation porte sur les CV de M. Giudicelli produits dans le cadre de la candidature de 2019 de M. Giudicelli au Conseil d'administration de de la fédération internationale de tennis (ITF), auquel il sera élu. M. Terreau allègue une grave faute éthique de la part de M. Giudicelli dans la mesure où il serait prévalu d'un diplôme (doctorat en économie) qu'il ne possède pas.

Dans son avis du 17 décembre 2020, le Comité éthique de la FFT commence par relever un certain nombre de points préalables :

  • il constate que dans la présente procédure, ni M. Giudicelli, ni M. Terreau n'ont été exemplaires au regard de principe de bonne foi procédurale. M. Giudicelli a en effet tardé à fournir au Comité les pièces déterminantes du dossier, tandis que M. Terreau a notamment omis d'avertir le Comité de la saisine simultanée et potentiellement concurrente de la Commission d'éthique de l'ITF.
  • le Comité déplore que l'affaire du « faux doctorat » de M. Giudicelli ait été l'objet d'une large exposition médiatique (article de Mediapart largement repris) avant même qu'il ait été en mesure de se prononcer sur le fond. Plus généralement, le Comité désapprouve le climat délétère qui entoure les élections fédérales de 2020. Il apparaît que la lutte en vue de la conquête ou de la conservation du pouvoir est occasionnellement menée au détriment de certaines valeurs du tennis, notamment le respect, la cohésion, la loyauté et le fair-play (Principe 1.1 de la Charte d'éthique). Le Comité d'éthique déplore les atteintes à l'image et à la réputation de la FFT qui en découlent et plus généralement le manque de sérénité qui entoure le processus électoral, dont la presse se fait légitimement l'écho.
  • le Comité n'est pas lié par la décision de la Commission d'éthique de l'ITF du 16 novembre 2020, qui conclut à l'absence de violation par M. Giudicelli du code d'éthique de l'ITF en l'absence de preuves suffisantes, tout en faisant le constat de négligences de la part de M. Giudicelli. Le Comité dit néanmoins prendre en considération à titre factuel cette décision.

Sur le fond, le Comité d'éthique aboutit aux conclusions suivantes, après avoir considéré que même si la possession d'un doctorat n'est pas une condition d'éligibilité au Conseil d'administration de l'ITF, un tel titre est de nature à renforcer la stature d'un candidat, ou du moins à valoriser sa candidature dans un contexte international concurrentiel :

  • Aucun élément ne permet d'établir que M. Giudicelli aurait indûment fait savoir à l'ITF qu'il était titulaire d'un doctorat en économie. Les éléments du dossier montrent que le formulaire de candidature rempli par M. Giudicelli mentionnait qu'il était « Graduate Economist » (diplômé d'économie). Les services de l'ITF ayant élaboré les CV des candidats auraient par erreur indiqué la mention « PHD Economics » (traduit postérieurement, par l'ITF, par « Doctorat en économie »). La personne à l'origine de l'erreur n'a toutefois pas été identifiée.
  • Il ressort du dossier que M. Giudicelli a été invité à valider le CV en anglais élaboré par l'ITF, ce que M. Giudicelli a fait, sur relance, onze jours après une première demande. M. Giudicelli dit avoir vérifié son CV dans la précipitation, sans que son attention ait été retenue par les termes « PHD Economics », dont il ignorait la signification. Le Comité relève dans son avis un certain nombre d'éléments qui soulèvent des interrogations mais qui ne suffisent pas à rendre invraisemblable la version des faits présentée par M. Giudicelli. Au bénéfice du doute, le Comité d'éthique conclut que ce n'est pas en connaissance de cause que M. Giudicelli a validé le CV en anglais mentionnant à tort qu'il détenait un doctorat (PhD) en économie.
  • Pour autant, la version des faits présentée par M. Giudicelli laisse apparaître une accumulation de négligences dans la diffusion d'informations sous son contrôle (délai de onze jours pour vérifier son CV ; examen superficiel de son contenu ; manquement à constater une différence par rapport aux informations transmises ; validation d'un CV erroné) qui ne sont pas compatibles avec la diligence attendue d'un dirigeant du tennis de premier plan. Qui plus est, le contexte (importance des enjeux ; premier mandat écourté au sein du Conseil d'administration de l'ITF) appelait une vigilance particulière de M. Giudicelli. Dans ces conditions, le Comité considère que l'accumulation de négligences de la part de M. Giudicelli, loin d'être irréprochable d'un point de vue éthique, est de nature à heurter les principes d'intégrité et de loyauté rappelés au Principe 1.1 de la Charte d'éthique de la FFT.

L'avis peut être consulté sur le site de la FFT : https://www.fft.fr/ethique

Comité d'Éthique - avis 2020/R/21 - Résumé

Le Comité d'éthique de la FFT a été saisi de deux réclamations dirigées contre M. Bernard Giudicelli, président de la FFT candidat à sa réélection avec le collectif Agir & Gagner 2024. Les deux réclamations émanent de membres du collectif Ensemble pour un autre tennis qui soutient la candidature de M. Gilles Moretton à la présidence de la FFT.

M. Jacky Terreau reproche à M. Giudicelli divers manquements à la Charte d'éthique de la  FFT, à la suite d'une adresse aux présidents de clubs depuis la tribune présidentielle du court central de Roland-Garros, le 29 septembre 2020. Pour sa part, M. Pierre Doumayrou considère que M. Giudicelli a manqué à la Charte d'éthique en publiant sur son compte Facebook personnel un message public adressé à ses homologues étrangers, leur demandant de manifester leur soutien à sa réélection.

- Dans son avis 2020/R/21, le Comité d'éthique constate que certains propos tenus par M. Giudicelli lors de son allocution depuis la tribune présidentielle de Roland-Garros peuvent être perçus comme manquant de mesure au vu du Principe 6.3. de la Charte d'éthique relatif au comportement des élus par ailleurs candidats. Le Comité reconnaît certes que l'exercice consistant pour le Président de la FFT à prononcer une allocution de bienvenue à destination des présidents de clubs sans paraître faire campagne en vue des prochaines échéances électorales s'avère délicat. Néanmoins, le discours du 29 septembre, par contraste avec celui, plus sobre, qu'il a prononcé la veille, s'apparente par trop à une présentation succincte mais avantageuse, devant une partie du corps électoral, du bilan de M. Giudicelli et de son équipe, présente autour de lui dans la tribune. De l'avis du Comité, M. Giudicelli n'a pas séparé autant que possible ses fonctions de président de la FFT et son engagement en tant que candidat.

- Le Comité d'éthique est par ailleurs d'avis que le post publié sur Facebook par M. Giudicelli appelant les représentants des fédérations étrangères à lui manifester un soutien public n'est pas compatible avec les Principes 6.1 (Comportement général) et 6.3 (Comportement des élus) de la Charte d'éthique de la FFT.

Si les propos que M. Giudicelli tient au sujet de M. Moretton ne suffisent pas à constituer un manquement à l'éthique, le Comité considère qu'il n'est pas digne pour un président de fédération sportive nationale de solliciter publiquement, en vue de sa réélection, le soutien d'homologues étrangers, qui n'ont pas vocation à s'ingérer dans les affaires intérieures d'une autre fédération. Un tel appel est en outre de nature à rejaillir négativement sur l'image et la
réputation de la FFT.

De plus, le Comité constate une « confusion des genres » de la part de M. Giudicelli puisque ce dernier apparaît dans un même message comme personne privée (utilisation de son compte Facebook personnel), président de la FFT, candidat, et vice-président de l'ITF (il se prévaut à cet égard de son action au service des fédérations nationales). Cette confusion dans un même message entre différents statuts ou fonctions n'est à l'évidence pas compatible avec le Principe 6.3 de la Charte en vertu duquel il aurait dû faire autant que possible la distinction entre ses fonctions fédérales et sa campagne électorale, ce qui impliquait de ne pas mettre les premières au service de la seconde.

L'avis peut être consulté sur le site de la FFT : www.fft.fr/ethique

Comité d'Éthique - avis 2020/R/20 - Résumé

Dans le contexte des élections au sein de la FFT, le Comité d'éthique a été saisi par M. Jacky Terreau (Ensemble pour un autre tennis) d'une réclamation dirigée contre M. Alain Fischer (Agir & Gagner 2024), actuel Secrétaire général de la FFT. La réclamation concerne une vidéo tournée par M. Fischer dans laquelle il qualifie de « non-sens politique flagrant » le fait que le choix des électeurs lors d'assemblées générales de comités départementaux se porte sur deux équipes concurrentes pour le comité directeur du comité départemental, d'une part, et pour la délégation à l'Assemblée générale de la FFT, d'autre part. Il appelle en outre les électeurs à être cohérents en accordant la délégation à ceux qu'ils auront élu pour gérer leur territoire.

Dans son avis du 16 novembre 2020, le Comité d'éthique considère que M. Fischer n'a pas contrevenu aux Principes 6.1 (Comportement général) et 6.2 (Promotion des candidatures) de la Charte d'éthique de la FFT, pour autant qu'il s'est exprimé en tant que membre de l'équipe Agir & Gagner 2024.

En revanche, le Comité d'éthique considère que M. Fischer a omis de faire autant que possible la distinction entre ses fonctions de Secrétaire général et son engagement au sein de l'équipe Agir & Gagner 2024. Le Comité juge que les propos tenus par M. Fischer, qui critique les choix fait par des électeurs et cherche à influencer des votes futurs, ne sont pas compatibles avec la réserve et la neutralité attendues d'un Secrétaire général, qui plus est en plein processus électoral, dans le cadre de ses fonctions – fonctions dont M. Fischer ne se démarque pas dans la vidéo litigieuse. Le Comité conclut que M. Fischer a manqué au Principe 6.3 de la Charte d'éthique de la FFT (Comportement des élus).

L'avis peut être consulté sur le site de la FFT : www.fft.fr/ethique

Ensemble !

Après avoir désigné Gilles Moretton tête de liste du mouvement Ensemble Pour un Autre tennis, nous continuons de recueillir les propositions des dirigeants de clubs et amoureux du tennis pour la rédaction du programme dont les valeurs de base sont : Respect, Démocratie, Ambition collective...

Au plaisir d’échanger avec vous  sur notre passion commune : le tennis !

Amitiés sportives à toutes et tous.

Pierre DOUMAYROU,
Président de la Ligue Occitanie de Tennis
Président de Ensemble Pour un Autre Tennis

ensemble

Notre Candidat

Je suis très heureux d'être le candidat d'Ensemble Pour un Autre Tennis.

Me mettre au service du tennis est un honneur. C'est une chance de pouvoir rendre à mon sport ce qu'il m'a apporté.
J'arrive avec des idées neuves à un moment où le tennis a un besoin crucial de renouvellement.

À très bientôt dans vos clubs !

 

Gilles MORETTON
Président de la Ligue Auvergne-Rhône-Alpes de Tennis
Candidat à la Présidence de la Fédération Française de Tennis

gilles-moretton-notre-candidat

ENSEMBLE SUR LE TERRAIN

Durant le confinement, Gilles Moretton et son équipe ont maintenu les échanges avec les dirigeants de clubs et les bénévoles partout en France par visioconférence.

Depuis, Ensemble Pour un Autre Tennis est retourné sur la route, sur le terrain, à la rencontre de tous les acteurs de notre sport, comme cela avait été le cas avant mi-mars.

La carte présentée indique ainsi les rencontres à distance (pictogramme wifi) et les principales visites au sein de nos clubs, où chacun peut partager librement ses expériences et ses souhaits pour un autre tennis.

c'était le mercredi 28 octobre 2020
Centre Val de Loire Eure Et Loir
Châteaudun : à la rencontre des clubs de l'Eure & Loir
c'était le mardi 13 octobre 2020
Île de France Yvelines
Buc (78) : A l'écoute des Yvelines
c'était le lundi 5 octobre 2020
Centre Val de Loire Loiret
St Pryvé-St Mesmin (45) étape en Centre-Val-de-Loire

ENSEMBLE NOTRE CHARTE & NOS VALEURS

1

Rassembler notre famille pour donner au tennis un nouvel avenir.

2

Construire ensemble un projet pour notre sport basé sur trois valeurs fondatrices : la démocratie, l’éthique et le respect de chacun.

3

Réformer la gouvernance de la FFT afin de garantir le retour à la transparence et aux débats d’idées.

4

Conférer aux clubs, dans un souci de représentativité démocratique, le droit de vote direct pour les grandes décisions engageant l’avenir du tennis.

5

Façonner le club de demain, en faire un lieu de vie, de partage, de performance sportive pour en faire une référence du monde sportif.

6

Représenter une force collective de rassemblement, de réflexion, d'écoute et de propositions, dans un lien de proximité renforcée vis à vis des clubs, des professionnels, des bénévoles et des pratiquants.

7

Garantir à la France une présence digne de son rang et de son histoire au sein des instances internationales du tennis.

8

Restaurer le dialogue entre les élus et nos joueuses et joueurs professionnels afin de rétablir l’union dans la grande famille du tennis.

9

Redonner au management de la FFT la confiance et la stabilité dont son action a besoin.

10

Élaborer, par la contribution de l'ensemble de ses membres et adhérents, le programme sur lequel nous nous engagerons avec efficacité, détermination et dans le respect de valeurs humanistes.

lire tout le programme

ENSEMBLE : NOTRE PROGRAMME

Les clubs au cœur du projet

Redonner au tennis la place qu’il mérite

Revaloriser l’image du tennis

ENSEMBLE POUR

DANS LA PRESSE

lire l'article
Le Progrès mar. 19 janv. 2021
JW Tsonga : Gilles Moretton a l'étoffe pour être Président
lire l'article
La république du Centre lun. 28 déc. 2020
Sabrina Léger : Une approche réelle et humaine
lire l'article
Le Progrès ven. 25 déc. 2020
Gilles Moretton devrait prendre la tête de la Fédération